285269_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre : L’ Affaire SK1
Scénario : Frédéric Tellier et David Oelhoffen d’après le livre de Pascale Tourancheau « Guy Georges – La traque » (Fayard/Pocket – 2010-2013)
Réalisateur : Frédéric Tellier
Acteurs principaux : Raphaël Personnaz, Nathalie Baye, Olivier Gourmet, Michel Vuillermoz, Adama Niane, Christa Theret, Thierry Neuvic, William Nadylam, Chloé Stefani, Marianne Denicourt, Norah Lehembre
Date de sortie française : 7 janvier 2015

Synopsis : Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».

Note 4.5

 

Après « La prochaine fois, je viserai le cœur » et « La French » le cinéma français nous offre une nouvelle fois un fait divers terrible. Et il le fait avec une force incroyable.

« L’affaire SK1 » est une terrifiante plongée au cœur du mal et sa lutte pour l’éradiquer. Frédéric Tellier nous offre un film palpitant et dérangeant de bout en bout. Co-scénarisé avec David Oeloffen (le réalisateur du très bon « Loin des hommes » toujours en salle). En alternant enquête au long cours et procès, ce choix narratif accentue notre effroi au fil des atrocités commises. Le film rend aussi un bel hommage aux flics du 36 dans ces années 90, où l’ordinateur et les nouvelles technologies étaient encore à leurs balbutiements dans la police. Leur traque, leur recherches au quotidien faites d’espoir, de poussée d’adrénaline et de moments d’abattement sont d’une grande justesse. Raphael Personnaz apporte avec brio la preuve qu’il est un comédien moins lisse que le laisse supposer sa sympathie naturelle. Entourés des excellents Gourmet, Baye ou Vuillermoz, la prestation d’Adam Niane ne passe pas inaperçu, monstre manipulateur et torturé. Tellier, avec un sens parfait de la narration, nous mets au plus près de l’enquête, chaque membre est secoué par les meurtres du tueur de l’Est parisien. Entre doute, colère, résignation, ces hommes et femmes donnent une humanité en contre point aux atrocités meurtrières de Guy George.

Un film qui vous secoue sacrement et que, pour ma part, j’ai adoré.

Autres critiques : Nico (L’Écran-Miroir) ; Sébastien Bertho (Les Temps Critiques)