Les rois maudits intégrale

Titre : Les rois maudits (Intégrale)
Auteur : Maurice Druon
Éditeur : Plon
Date de publication : 1998

Synopsis : Au début du XIVe siècle s’ouvre, contre les Templiers, le plus vaste procès dont l’Histoire ait gardé le souvenir. Jacques de Molay, le grand maître de l’Ordre, meurt sur le bûcher en lançant sa terrible malédiction contre le roi de France, le pape et les grands du royaume: Maudits, tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! Dès lors, le malheur s’abat sur la France. Les quatre derniers Capétiens directs meurent en moins de quinze années: adultères, meurtres, procès, trahisons ébranlent la dynastie, et mènent à la guerre de Cent Ans.

Note 5.0

C’est un grand acte de sagesse à la fois et de pitié de la part du Créateur, que de nous avoir interdit la connaissance de l’avenir, alors qu’il nous a octroyé les délices du souvenir et les prestiges des l’espérance.

 

Écrite dans les années 50 par Maurice Druon, la saga historique « Les Rois maudits » connaît encore aujourd’hui un succès retentissant, et on comprend sans mal pourquoi. En sept volumes, l’auteur retrace tout un pan de l’histoire de France, celle de la chute de la dynastie des Capétiens qui exerçaient le pouvoir dans le royaume depuis le Xe siècle et le règne d’Hugues Capet. Une disparition imputée par beaucoup à la malédiction lancée par le grand maître de l’ordre des templiers, Jacques de Molay, brûlé vif en 1314 après le démantèlement de son ordre. Pendant près de trois siècles les rois de France s’étaient jusque là succédés de père en fils sur le trône pour une durée généralement assez longue. A partir de la mort de Philippe le Bel, responsable de la disparition des Templiers, les rois se succèderont à une vitesse alarmante tandis que se posera à trois reprises le problème de l’absence d’un héritier mâle à la mort du père. Accéderont ainsi à la royauté, pour un temps généralement assez bref, trois rois en l’espace de seulement huit ans : Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Charles IV le Bel, les trois fils de Philippe IV avec lesquels s’éteint la dynastie des capétiens directs. La couronne échoie alors à une autre branche, celle des Valois, dont l’accession au trône ne sera pas sans poser d’autres difficultés.

Difficile, une fois cette impressionnante saga refermée, de lister parle détail toutes les qualités du travail effectuée par Maurice Druon tant celles-ci sont nombreuses. On peut évidemment tout d’abord saluer l’exceptionnel travail de documentation de l’auteur qui nous livre ici une masse d’informations absolument stupéfiante, non seulement sur la dynastie des rois de France, mais aussi et surtout sur ce que pouvait être la vie au XIVe siècle. Au moyen de petites anecdotes croustillantes ou de notes de bas de pages très élaborées, Maurice Druon brosse un portrait incroyablement réaliste de l’Europe du Moyen Age. Mode vestimentaire, mœurs, croyances, pratiques médicales…, tout est traité avec un égal souci de véracité qui ne peut que susciter l’admiration du lecteur. Car au-delà des problèmes de succession qui secouèrent la France au début du XIVe, l’auteur n’hésite également pas à nous dévoiler ce qu’il se passe hors des frontières du royaume. Le lecteur aura par exemple l’occasion de découvrir les dessous de l’élection de plusieurs papes (qui se déroulait alors à Avignon, et non à Rome) ainsi que d’en apprendre davantage sur les bouleversements qui secouèrent à la même époque la cour d’Angleterre (la querelle entre le roi Édouard II et son épouse française, la révolte des barons anglais menée par le charismatique Mortimer…).

Bataille de CrecyBataille de Crécy (1346)

Mais là-où réside à mon sens une grande partie de l’intérêt de cette saga c’est avant tout dans l’habilité de l’auteur à mélanger la petite et la grande histoire. Outre le sujet de la succession au trône de France, Maurice Druon se focalise ainsi sur deux autres événements dont on se rend compte qu’ils ont, chacun à leur manière, de lourdes répercussions pour le royaume. Le premier est la lutte acharnée pour la possession du comté d’Artois opposant la redoutable Mahaut et son tumultueux neveu Robert, la seconde, l’histoire d’amour entre un jeune et séduisant banquier lombard et une fille de petite noblesse. Trois histoires qui s’entremêle et qui fournissent l’occasion à l’auteur de nous livrer une analyse très lucide et très pertinente sur les rouages du pouvoir et les caprices du destin et du hasard (on retrouve la même lucidité et la même subtilité d’analyse mais concernant cette fois la mythologie grecque dans « Les mémoires de Zeus »)Les romans de Maurice Druon permettent également au lecteur de se faire une idée très précise du genre de roi qu’étaient chacun de ceux qui se sont succédés à cette époque. On ressent ainsi sans mal toute l’admiration qu’il porte à des rois sages et réformateurs tels que Philippe le Bel ou Philippe V, de même que l’on remarque aisément le regard dédaigneux avec lequel il regarde Louis X, Philippe VI ou encore Jean II, incompréhensiblement surnommé « Le Bon ». Le tout est porté par une plume elle aussi remarquable. On passe rapidement outre le registre très soutenu employé par l’auteur et la profusion de termes techniques propres au Moyen Age pour se laisser porter par le récit passionnant qui nous est livré.

Un mot, pour terminer cette longue critique, sur la place occupée dans la saga par les personnages féminins. Contrairement à ce que les clichés qui perdurent sur le Moyen Age laissent à penser, Maurice Druon accorde une place de premier plan aux femmes, qu’elles soient de basse ou de haute extraction. Si certaines, à l’image de Marie de Cresay, se voient accorder un rôle bien supérieur à leurs attentes et ne se révèlent être finalement que les jouets du destin, d’autres, en revanche, parviennent à influer sur les événements de façon beaucoup plus contrôlée, et parfois beaucoup plus funeste. On peut notamment citée la belle Béatrice d’Hirson, âme damnée de Mahaut possédant de nombreuses accointances avec la sorcellerie et qui se révélera une manipulatrice hors-paire, mais aussi les nombreuses reines qui eurent, de façon plus ou moins marquée, une certaine influence sur leur royal époux, bénéfique (Clémence de Hongrie sur Louis X) ou non (Jeanne la Boiteuse sur Philippe de Valois). Parmi toutes les femmes évoquées dans la saga, trois marquent à mon sens durablement le lecteur : la redoutable Mahaut d’Artois, l’une des rares femmes exerçant un réel pouvoir et qui ne reculera devant rien pour continuer à l’exercer ; la non moins déterminée Isabelle, surnommée la louve de France, dont on assiste à la ruine puis à l’ascension ; et enfin Marguerite de Bourgogne, la fameuse « reine étranglée », inconsciente adolescente qui découvrira à ses dépends que l’adultère se paye fort cher lorsqu’on est princesse de France.

Maurice DruonMaurice Druon

Avec « Les rois maudits » Maurice Druon nous offre une fresque exceptionnelle retraçant toute une période charnière pour l’histoire de France dont on découvre les coulisses dans les moindres détails. Guère surprenant que la saga ait autant inspirée, que ce soir au cinéma ou dans la littérature (« Le trône de fer » en est à mon sens un parfait exemple). Un véritable chef d’œuvre qui se dévore avec avidité !

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Tome 6 ; Tome 7