L'Aliéniste

Titre : L’Aliéniste
Scénariste / Dessinateur : Fabio Moon et Gabriel Ba
Éditeur : Urban Comic (Indies)
Date de publication : 2014 (septembre)

Synopsis : Simon Bacamarte, aliéniste diplômé, s’installe dans une paisible bourgade brésilienne et, au nom de la science, fonde un asile d’aliénés. Il commence par enfermer et classer les lunatiques, mais ne s’arrête pas là. Son emprise sur la population est telle que bientôt toute la ville est internée. L’aliéniste est-il celui qui soigne la folie, celui qui la fabrique, ou celui qui la porte en lui?

Note 3.5

 

Après « Daytripper », les frères Fabio Moon et Gabriel Ba se lancent dans l’adaptation en comic d’un grand classique de la littérature brésilienne : « L’Aliéniste » de J-M Machado de Assis. Écrite à la toute fin du XIXe siècle, la nouvelle relate la regrettable expérience du docteur Simon Bacamarte après que celui-ci eu décidé d’ouvrir dans le petit village d’Itaguaï un établissement destiné à accueillir et traiter les patients atteints de troubles mentaux. Mais qui sont ces « fous » que l’on cherche à interner ? Et selon quels critères se base-t-on pour déterminer qu’un individu est fou et l’autre saint d’esprit ? C’est sur cette mince ligne qui sépare la folie de la « normalité » qu’entend nous faire réfléchir l’auteur grâce à une histoire habillement conçue, à la fois drôle et pathétique. Drôle parce qu’il y a franchement de quoi rire à l’idée que tous les habitants d’un même village se laisse enfermer et qualifier de « fous ». Pathétique parce que, au-delà de l’humour, cette histoire nous dévoile ce que l’obsession d’un homme peut avoir de dévastateur, et pour lui et pour ceux qui l’entourent.

L'Aliéniste planche 1

On assiste ainsi jour après jour à l’évolution de la théorie du praticien qui va se mettre à interner à tour de bras, jusqu’à enfermer la totalité du village, y compris son épouse, ses amis proches et même certains membres du conseil, les jugeant tous souffrants de troubles psychologiques aussi divers que variés, des TOC à la mégalomanie en passant par la schizophrénie ou la perte de repères. La situation prend vite des proportions énormes, voire grotesques, et permet de mettre l’accent sur une question délicate : celle de la normalité. Quel comportement est considéré comme normal et à qui revient-il de le juger ? Le lecteur en vient vite à se demander si ce n’est pas le docteur lui-même qui est atteint de folie, pourtant à aucun moment les habitants du village n’envisage cette possibilité. L’homme est bien trop savant, trop posé ! Les graphismes, quant à eux, ne sont peut être pas sensationnels mais restent agréables et aident à créer une ambiance un peu oppressante, avec cette profusion de couleurs très chaudes qui prédominent tout au long de l’ouvrage.

L'Aliéniste planche 2

Fabio Moon et Gabriel Ba nous offre avec « L’Aliéniste » une belle adaptation de la nouvelle éponyme de J-M Machado de Assis. La réflexion engagée sur les notions de folie et de normalité est abordée de façon originale par le biais de ce scientifique dont la lucidité et la détermination vont eux-même devenir des symptômes de cette folie qu’il tient tant à définir. Une bonne découverte.

Autres critiques : Kameyoko (Fant’Asie)