Blitz tome 1 - Black-out

Titre : Black-out
Cycle : Blitz, tome 1
Auteur : Connie Willis
Éditeur : Bragelonne / J’ai lu
Date de publication : 2012 / 2014
Récompenses : Prix Locus 2010. Prix Nébula 2010. Prix Hugo 2011

Synopsis : En 2060, les voyages dans le temps sont devenus chose courante et de nombreux historiens partent en mission. Soudainement, le labo des voyages temporels les annule toutes et modifie les programmes. Le plus terrible, c’est cette impression que l’histoire elle-même échappe à tout contrôle. La règle d’or établissant que nul ne peut modifier le passé semble ne plus être valable.

Note 4.0

Parce qu’il manquait un clou, le fer fut perdu. Parce qu’il manquait un fer, le cheval fut perdu. Parce qu’il manquait un cheval, le cavalier fut perdu. Parce qu’il manquait un cavalier, le royaume fut perdu (Proverbe)

 

Après un roman remarquable consacré aux voyages temporels et mettant en scène une jeune historienne transportée par erreur à l’époque de la peste noire au XIVe siècle, Connie Willis remet le couvert en optant cette fois pour une période différente. Et encore une fois, le résultat est passionnant. Avec « Black out », premier tome d’un diptyque, l’auteur nous plonge au cœur de l’un des moments les plus difficiles qu’ait jamais eu à vivre l’Angleterre au cours de son histoire : le Blitz, soit la campagne de bombardements stratégiques menée par l’aviation allemande contre le Royaume-Uni au début de la Seconde Guerre mondiale (de septembre 1940 à mai 1941). Une opération meurtrière qui toucha essentiellement la ville de Londres d’où furent évacués plus de trois millions de personnes et qui aura fait près de 15 000 victimes parmi les civils. Malgré le changement de période étudiée, le roman s’inscrit bel et bien dans la continuité du « Grand livre », aussi est-il préférable, pour bien saisir les nombreuses références, d’avoir au préalable lu l’ouvrage pré-cité. On retrouve en effet au début de ce premier tome certains des protagonistes du précédent roman de l’auteur (bien qu’ils ne jouent pour le moment qu’un rôle très secondaire) et on relève beaucoup d’allusions aux événements qui s’y sont déroulés.

Contrairement au « Grand livre » toutefois, nous ne suivons plus seulement les aventures d’un seul historien mais de trois. La première, Polly, est envoyée en plein cœur de Londres au tout début de Blitz afin d’étudier le comportement de la population face aux raids aériens, et notamment des vendeuses des Grands Magasins, particulièrement touchés par les bombardements. Michael est pour sa part chargé d’observer les actes d’héroïsme au moment de la fameuse évacuation de Dunkerque lors de laquelle tous les navires aptes à naviguer, marine marchande aussi bien que bateaux de pêche ou de plaisance, se sont portés au secours des soldats alliés pris au piège à Dunkerque. La troisième, Mérope, est quant à elle censé rapporter des informations concernant le sort des enfants londoniens évacués de la capitale au début du Blitz. Trois points de vue qui nous font découvrir les années 1940-41 sous des angles très différents et qui permettent à l’auteur de proposer une vision la plus complète et précise possible du Blitz. C’était déjà le cas dans « Le grand livre », mais encore une fois on ne peut s’empêcher d’être à la fois bluffés à et admiratifs face à la masse colossale d’informations recueillis par Connie Willis sur l’époque en question.

Blitz

Le lecteur passionné d’histoire ne devrait une fois encore pas manqué de se plonger avec avidité dans ce récit qui nous retrace presque jour pour jour la vie des Anglais à l’époque du Blitz. Quotidien des petits londoniens envoyés par leurs parents à la campagne pour leur sécurité ; organisation mise en place dans les refuges au moment des bombardements ; opérations menées par les pompiers afin de rechercher des survivants ; travail effectué par les personnels hospitaliers…, autant de points que l’auteur aborde avec un luxe de détail, à tel point que l’on s’y croirait. Tout au long de ces quelques sept cent pages, le lecteur se trouve ainsi transporté au cœur de cette sombre période dont il vit chaque épreuve, chaque drame comme s’il se trouvait lui-même au côté des civils. Une immersion totale qu’il est rare de rencontrer et qui doit non seulement à la qualité des recherches effectuées par l’auteur mais aussi au soin apporté à la psychologie des personnages, qu’ils soient essentiels pour l’intrigue ou uniquement des rôles secondaires. Connie Willis parvient ainsi à brosser un portrait très réaliste de l’état d’esprit des civils de l’époque, à la fois terrorisés et épuisés par toutes ces nuits de bombardements, mais aussi déterminés à ne pas céder face aux Allemands.

 

Alors certes, on pourra reprocher au roman sa longueur et surtout sa lenteur, néanmoins il s’agit en ce qui me concerne d’un gros coup de cœur qui m’aura fait passer de belles et passionnantes heures de lecture. C’est avec impatience que j’attends de découvrir la suite et fin des aventures de nos trois protagonistes et d’obtenir enfin les réponses aux nombreuses questions posées dans ce premier tome.

Voir aussi : Tome 2

Autres critiques : Cornwall (La Prophétie des Ânes) et Yvan Gruznamur (EmOtionS)