Super-héros quotidien

Comme la fantasy il y a quelques temps quand Tolkien fut redécouvert à travers le travail de Peter Jackson et la science-fiction encore avant, la mode des super-héros bat son plein au point de les voir partout : films (Les Gardiens de la Galaxie s’affiche comme le blockbuster de l’été, voire davantage), publicités et produits dérivés en tous genres supplantent, pour l’instant, les vampires à paillettes et les dystopies young adult de ces dernières années.

Revenons tout d’abord sur une publicité Evian qui avait très bien réutilisé la jeunesse et le style de Spider-Man pour coller à la sortie de Amazing Spider-Man 2. Notez que Comixity et ViveLaPub ont chacun élaboré un article intéressant sur ce genre de recyclages super-héroïques.

 

Ces icônes devenues mondiales sont parfois reprises dans des buts plus louables. Ainsi, pour la journée mondiale du don du sang (14 juin), cette jolie affiche scandait « Devenez le super-héros de quelqu’un ». De même, et d’une manière bien plus trash (il en faut pour tous les goûts), une vidéo produite par le Parlement danois en vue des élections européennes de 2014 reprenait le concept d’une façon telle qu’elle fut retirée suite à une polémique vite montée au sein des députés. Vous jugerez par vous-même.


 

Après, c’est comme dans tout, il y a du bon, du moins bon et du franchement inadmissible. Nous pouvons poursuivre ce panorama avec des spécialistes en la matière, j’ai nommé Orange. À travers notamment deux publicités d’un ridicule confondant, l’entreprise française de télécommunications reprend (vraiment à sa sauce) le genre super-héroïque. En gros, pour être un véritable surhomme, allez chez eux. Que c’est novateur !

 

 

C’est qu’il y a de positif au moins, c’est que certains médias tentent de raccrocher les wagons de ce phénomène et on se surprend ainsi à trouver au sein du Figaro un dossier « Super-héros français » disponible en ligne, en faveur d’une vision très franco-française mais c’est tout de même à signaler. De même, Historia, déjà plus coutumier du fait, se focalise sur Superman, Captain America et Hulk (très américano-centré donc ce coup-ci) pour faire le lien entre création de super-héros et histoire des années 1930 à 1960.

 
[gigya src= »http://static.issuu.com/webembed/viewers/style1/v1/IssuuViewer.swf » allowfullscreen= »true » flashvars= »mode=embed&layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fcolor%2Flayout.xml&backgroundColor=#FFFFFF&showFlipBtn=true&documentId=140627101931-125a83e48384c2b04e2dff88986e2cee » width= »600″ height= »450″]

Évidemment, dès qu’un phénomène prend de l’ampleur en-dehors des fans de la première heure, on retombe trop rapidement dans le business à tout prix. Alors, pour finir sur une touche plus humoristique, je ne peux que vous conseiller le blog « Le Lycra, ça colle » (Sticky Pants) qui développe le quotidien très sexuel des super-héros. Enfin, voyons un peu l’interprétation libre d’un « BatMétal » signée ArhyBES

 

—————————————————————————
La Tartine, une volée de mots émiettée au débotté, un billet à croquer le dimanche matin entre le petit déj’ et l’apéro. Car le monde des livres rime parfois avec super-slips.

Autres numéros :
#1 : La Faucheuse guette nos chers auteurs de l’Imaginaire
#2 : La rentrée littéraire, la rentrée des tirelires
#3 : L’enfant qui préférait lire plutôt qu’aller mendier
#4 : Maman, raconte-moi une histoire !
#5 : Les trilogies, nos ennemies ?
#6 : Fantasy, mon amie
#7 : Transcrire à l’écran les chansons des œuvres de fantasy
#8 : Du bon goût dans les œuvres de l’imaginaire
#9 : De la nudité et de la sexualité dans les œuvres de fiction
#10 : L’imaginaire, ça sert d’abord à dominer le monde
#11 : Pour Noël, offrez des livres
#12 : Pitié, pas trop de commémorations littéraires !
#13 : Ces livres qui donnent des films en plusieurs parties
#14 : Nous prendrait-on pour des jambons de consommation ?
#15 : Offrir des livres à la Saint-Valentin
#16 : Les livres, des scénarios tout faits ?
#17 : Croquez deux franchises en une seule, il en sort un mash-up !