413Mc-RYF2L__SL160_

Titre : La vie tumultueuse des producteurs
Auteur : Yonnick Flot
Éditeur : Seguier Editions
Date de publication : 2014

Synopsis : Le métier de producteur de cinéma est aussi mythique que méconnu. Entre commerce et création, il suscite fantasmes, malentendus et vocations. Yonnick Flot a approché de près cette étrange et fascinante profession. Il révèle les mystères de quelques grandes figures pittoresques du XXe siècle qui, célèbres ou oubliées, ont eu en commun une passion ô combien déraisonnable et risquée pour le cinéma. Entrez dans les coulisses de cette « société du spectacle », où l’ ’argent et le talent font naître des chefs-d’œ’oeuvre, mais aussi des films sans intérêt. Découvrez des portraits colorés, des images en noir et blanc, des drames, des échecs, des amours flamboyantes et des triomphes éclatants. Et surtout, les films qui ont fait la petite et la grande histoire du 7e art. Hearst, Kennedy, Gallimard, les Noailles, Lebovici, Rassam, Berri, Toscan du Plantier, Balsan, Poiré, Braunberger etc. Quel casting ! Et leur vie, quel scénario !

Note 3.5

La conduite humaine, c’est bien connu et admis, est fortement, durablement, influencée par l’enfance.

Egos surdimensionnés, gestionnaires irresponsables, amoureux des arts, boulimiques de travail, hommes d’affaires intraitables, éternels insatisfaits. Rayé la (les) mention(s) inutile(s).

« La vie tumultueuse des producteurs » nous plonge avec délice dans un monde qui semble bien loin de nos petites vies. Un siècle avec les grands noms qui ont fait (et peut-être défait aussi par moments) l’histoire du cinéma.
Le générique est à faire tourner la tête, des vies vécut à cent à l’heure, des destins brisés parfois, il faut avoir le cœur solide, un tempérament des plus forts, un culot certain pour jouer avec le Dieu argent avec une audace incroyable. Truffées d’anecdotes, le récit montre bien que sous les paillettes et les sourires de convenance, il faut un sacré tempérament pour résister aux jalousies, au stress, aux échecs.

Après la lecture, on sort un peu frustrés forcément d’avoir survoler ces destins souvent incroyables. On aimerait passer plus de temps avec ces producteurs qui nous ont fait rêver. (en tout cas, moi). Le livre fait remonter nos propres souvenirs de ciné phages avec une certaine nostalgie.

Un livre qui mets dans la lumière des faiseurs de rêves. A découvrir.