La Décade de l'Imaginaire 2014 L'Atalante

Titre : Homéostasie
Auteur : Laurence Suhner
Éditeur : L’Atalante
Date de publication : 13 juin 2014 (à l’occasion de la Décade de l’Imaginaire 2014, déjà en 2010 dans Dimension Suisse)

Synopsis : Pour la deuxième édition de la Décade de l’Imaginaire, place aux plumes féminines. De la science-fiction, de la fantasy en passant par le fantastique ou des textes qui transcendent les genres, plongez dans ces univers proches ou lointains, dystopiques ou, au contraire, pleins d’espoir. Il y est beaucoup question de fins et de commencements : une découverte lors d’un voyage de noces sur un monde-musée, un premier contact d’un genre particulier, une fin du monde vécue dans une petite chambre d’une maison de retraite, celle programmée dans l’ADN de tous les organismes terrestres. Ce sont ces récits et bien d’autres histoires que nous vous proposons de découvrir à travers des textes tantôt drôles, tantôt au rythme haletant qui enflammeront votre imagination.

Note 3.0

Même le jeu le plus distrayant a une fin.

Au sein de la Décade de l’Imaginaire 2014, L’Atalante met en valeur cette année des œuvres de l’imaginaire francophone féminin. Parmi les quelques auteurs féminins de la sélection, s’est glissée une Suissesse, Laurence Suhner, scénariste et infographiste.

Avec Homéostasie, Laurence Suhner produisait (cette nouvelle a déjà été publiée dans Dimension Suisse chez Rivière Blanche en 2010) un récit teinté d’un profond pessimisme. Alors que la « neige noire » s’étend de plus en plus vite à la surface de la Terre, anéantissant toute forme de vie sur son passage, Ada, qui vit des contrats en lien avec ses pouvoirs psychiques, se voit sollicitée par un mystérieux scientifique. Le but de cette rencontre tendue tient au titre de cette histoire : l’homéostasie de la planète semble être en jeu et il conviendrait d’y faire quelque chose… rapidement si possible.

C’est un récit froid et pesant que nous propose là cette auteur qui m’était jusqu’alors inconnue ; à l’image de cette « neige noire » inexorable, le style se fait dur dans le ton, mais paradoxalement enlevé dans les répliques de l’héroïne principale. Dépressif est le premier mot qui vient après la lecture de cette nouvelle de Laurence Suhner pour décrire notre état : l’inéluctabilité de la conclusion est bien sûr posée dès le départ, pourtant l’espoir est une denrée terriblement prenante.

L’Homéostasie proposée par Laurence Suhner n’invite clairement pas à l’optimisme concernant notre état de mortel, mais bien davantage sur l’écriture de cette suisse francophone. Pour la découvrir davantage, le tome 1 de la trilogie Quantika, Vestiges, est actuellement à 4,99€ en livre numérique.