De Brocéliande en Avalon

Titre : De Brocéliande en Avalon
Anthologiste : Lucie Chenu
Auteurs : Jean Millemann (« Sous le hêtre ») ; Adam Roy (« Lancelot aux Enfers ») ; Deirdre Laurin (« Près du mur ») ; Rachel Tanner (« Locataires découpés ») ; Nathalie Dau (« Owein ») ; Lionel Davoust (« L’île close ») ; Robin Hobb (« Le Quadragénaire et la Dame d’argent ») ; Pierre Bordage (« Fort 53 ») ; Léa Silhol (« Désaccordé »)
Éditeur : Terre de brume
Date de publication : 2008
Récompenses : Prix Imaginales pour « L’île close » de Lionel Davoust (catégorie nouvelle)

Synopsis : De la forêt de Brocéliande à l’île sacrée d’Avalon, chevaliers de la Table Ronde et Dames du Lac se réincarnent à notre époque. Mais les héros médiévaux sont-ils armés pour notre temps ? Avec humour ou nostalgie, avec bruit et fureur épique ou dans la tragédie, de leurs plumes poétiques, neuf parmi les meilleurs écrivains de fantasy font vivre ou revivre à Perceval, Galaad, Arthur et Morgane, Merlin et Viviane, Lancelot et Guenièvre, Owein et Luned, des aventures mythiques, dans des univers modernes, futuristes ou uchroniques.

Note 3.5

-Oh Morgane. L’opposition entre Guenièvre et toi n’est pas celle de la lumière et de l’ombre. Tu oublies ton passé. Tu as toujours été porteuse de lumière . Elle a toujours eu ses ténèbres.
-Alors où est-elle l’opposition ?
-Ma sauvage. C’est ce que tu es. Le rêve. La liberté. Tu ne seras jamais l’épouse. » (D. Laurin, Près du mur)

Parue en 2008 aux éditions Terre de brume, « De Brocéliande en Avalon » est une anthologie qui, comme son nom l’indique, regroupe une succession de textes consacrés aux légendes arthuriennes. Arthur, Merlin, Lancelot, Guenièvre, la Dame du lac, Excalibur… autant de noms prompts à enflammer notre imagination et à raviver de vieux souvenirs de contes ou récits dont ils sont les héros et que nous connaissons tous aujourd’hui. Sous la direction de Lucie Chenu, neuf auteurs de l’imaginaire se sont essayés au difficile exercice d’exploiter à leur tour la matière des mythes celtiques tournant autour de ce roi légendaire et d’en proposer une nouvelle interprétation. Une contrainte, toutefois, celle de confronter d’une façon ou d’une autre ces dames et chevaliers d’un autre temps avec notre monde et notre époque. Rien de plus efficace pour dépoussiérer les vieux mythes que de se figurer la fée Morgane astrologue à Paris, Merlin écrivain en pleine crise existentielle ou Galahad chanteur rebelle et cynique.

Que ce soit par le biais de l’humour, de la tragédie ou d’un souffle épique, chaque auteur possède une façon très particulière de revisiter ces légendes arthuriennes. Si, dans l’ensemble, les textes se révèlent tous plutôt divertissants, je dois toutefois avouer que peu d’entre eux sortent véritablement du lot et me laisseront un souvenir impérissable. La meilleure nouvelle reste à mon sens « Près du mur » de Deirdre Laurin, une universitaire relativement peu connue parmi les auteurs de l’imaginaire francophone et qui nous livre ici un texte remarquable et bouleversant consacré à l’histoire d’amour d’Arthur et Morgane. « Owein » de Nathalie Dau m’a également beaucoup séduite, que ce soit par son style ou par le choix plus audacieux des protagonistes. Robin Hobb, enfin, présente dans cette anthologie sous le pseudonyme Megan Lindholm, nous offre avec « Le Quadragénaire et la Dame d’argent » une nouvelle plaisante et bourrée de cet humour qui lui est propre (nouvelle qui figure d’ailleurs également au sommaire du recueil « L’héritage et autres nouvelle »).

Un mot, pour finir, sur les petits plus de cette anthologie qui, outre une très bonne préface signée Lucie Chenu et une présentation sobre mais néanmoins complète et concise des auteurs, comprend surtout une excellente bibliographie recensant la plupart des romans écrits ces dernières années, avec des précisions qu’en aux points de vue adoptés et aux thématiques privilégiées par chaque auteur (de Marion Zimmer Bradley à Jean-Louis Fetjaine en passant par Bernard Cornwell, Stephan Lawhead…). Si la qualité des nouvelles reste assez variable, il n’empêche que l’initiative est louable et que le charme ne manque jamais d’opérer, du moins en ce qui me concerne, dès qu’il est fait mention d’Arthur et de ses chevaliers. A noter qu’une seconde anthologie consacrée au même sujet et toujours sous la direction de Lucie Chenu a également vu le jour en 2012.

Voir aussi : Et d’Avalon à Camelot