cvt_Reparer-les-vivants_6623

Titre : Réparer les vivants
Auteur : Maylis de Kérangal
Éditeur : Gallimard (Verticales)
Date de publication : 2 janvier 2014
Récompenses : Grand Prix RTL-Lire 2014, Roman des étudiants 2014 France Culture-Télérama, Prix Orange du Livre 2014, Prix Relay 2014

Synopsis : Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

Note 5.0

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps ».

Ce qui m’a frappé en lisant le nouveau livre de Maylis De Kérangal, c’est l’écriture. Dès les premières lignes on devine que l’on va passer un moment fort.

Car on delà du sujet sensible et profondément intime, la mort qui frappe aveuglement et plonge une famille dans l’impensable puis, la décision dans l’horreur de l’instant, de faire un don d’organes pour redonner un supplément de vie à de parfaits inconnus, c’est dans le choix des mots, l’envolée des phrases, le style que le roman de Kérangal bouscule tout sur son passage. Au plus près de chacun des personnages, elle est d’une justesse remarquable. Pas un mot de trop qui pourrait faire chavirer le roman dans le pathos. C’est aussi un magnifique hommage à ces anonymes héros du monde hospitalier, luttant contre la montre oubliant leurs propres maux pour accompagner les familles dans leurs souffrances ou leurs espoirs.

Réparer les vivants est un livre passionnant, émouvant, il nous interpelle sur nos propres convictions et nos questionnements que l‘on botte volontiers en touche sur des sujets aussi sensibles.

Maylis de Kérangal nous donne un bouquin bouleversant qui va droit au … cœur. C ‘est aussi la confirmation d’une très grande auteure.

Autres critiques : Fran6H (L’Animal lecteur) ; Nébal (Welcome to Nebalia) ; Pyrouette (La vie de ma voix intérieure !)