La voie du sabre

Titre : La voie du sabre
Cycle : La voie du sabre, tome 1
Auteur : Thomas Day
Éditeur : Folio SF
Date de publication : 2002

Synopsis : Pour parfaire l’éducation de son fils Mikédi, le chef de guerre Nakamura Ito le confie à un rônin du nom de Miyamoto Musashi. Un samouraï de légende, le plus grand maître de sabre qu’ait connu l’Empire des quatre Poissons-Chats. Ensemble, pendant six longues années, le maître et l’apprenti vont arpenter la route qui mène jusqu’à la capitale Edo, où l’Impératrice-Dragon attend Mikédi pour en faire son époux. Mais la Voie du Sabre est loin de trancher l’archipel en ligne droite : de la forteresse Nakamura aux cités flottantes de Kido, du Palais des Saveurs à la Pagode des Plaisirs, Mikédi apprendra les délices de la jouissance, les souffrances du combat, et la douceur perverse de la trahison.

Note 3.5

Au fil des jours passés au milieu des hommes, j’ai parcouru les routes et chemins des Poissons-Chats Honshu, Shikoku, Hokkaido, Kyushu, je suis allé en Europe, sur le Continent Éléphant, en Corée, j’ai vu mourir de nombreuses personnes, en naître presque autant. J’ai travaillé dans le Palais des Saveurs et j’ai passé deux années merveilleuses dans la Pagode du Plaisir. Dans chacun de ces endroits je me suis montré doué, apprenant les arts avec une rapidité surnaturelle, qu’ils fussent ceux de l’amour, de la chère ou du sabre. J’ai connu dix fois plus d’aventures que la plupart des samouraïs, dix fois moins,cependant, que celui qui fut mon maître.

Avec ce premier volet de son diptyque intitulé « La voie du sabre », le moins que l’on puisse dire c’est que Thomas Day, sans aucun doute aujourd’hui l’un des auteurs français de fantasy et science-fiction parmi les plus talentueux, frappe encore une fois très fort. L’auteur nous y propose une plongée au cœur de l’Asie (continent qui lui est particulièrement cher et auquel il a également consacré d’autres textes tels que « La cité des crânes » ou encore « La notion de génocide nécessaire »), et plus spécialement d’un Japon médiéval relativement fidèle à ce que nous en a appris l’histoire, mais évidemment teinté d’un peu de fantasy. Nous voilà donc entraîné dans l’Empire des Quatre Poissons-Chats, puissant royaume régi par un Empereur-Dragon à la longévité exceptionnelle, où le lecteur fait connaissance avec le jeune apprenti Mikédi et son maître, le célèbre Miyamoto Musashi, héros japonnais légendaire.

C’est sans réelle surprise que l’on retrouve ici tous les ingrédients qui font le charme et le succès des romans de l’auteur : un rythme soutenu du début à la fin, un univers immersif et dépaysant, des personnages attachants et ambigües qui recèlent tous une grande part d’ombre… Mikédi, le narrateur, se révèle ainsi un protagoniste difficile à saisir, tour à tour sympathique ou détestable, touchant ou exaspérant, mais dont on prend malgré tout beaucoup de plaisir à suivre l’initiation. Il en va de même pour Miyamoto Musashi dont on découvre au fil du récit grâce aux témoignages de certains personnages les histoires qui ont forgé sa légende (la création de son fameux sabre, son amour pour la belle et pure Masuji, ses combats menés aux côtés des opprimés…). Les annexes proposées à la fin du roman et comportant un lexique ainsi qu’une bibliographie et une filmographie commentées, sont quant à elles particulièrement appréciables.

Thomas Day nous propose à nouveau avec « La voie du sabre » un roman passionnant nous faisant découvrir ce qui demeure aujourd’hui encore l’une des plus célèbres légendes du Japon. Nul doute que le second tome, « L’homme qui voulait tuer l’empereur », sera du même acabit.

Voir aussi : Tome 2 ; Bande dessinée

Autres critiques : Philémont (La Bibliothèque de Philémont)