Les conjurés de Florence

Titre : Les conjurés de Florence
Auteur : P. McAulay
Éditeur : Folio SF
Date de publication : 2004

Synopsis : Florence, au tout début du XVIe siècle. Une Florence bien différente de celle qu’évoquent nos livres d’histoire : Léonard de Vinci a renoncé à la peinture pour donner vie aux machines qu’il dessinait dans ses carnets et l’Italie de la Renaissance connaît déjà sa révolution industrielle… La perle de la Toscane reste cependant la ville des grands peintres, des grands architectes, des fêtes… et des intrigues sophistiquées, des morts mystérieuses. Comme celles de Raphaël et de son assistant. Qui est à l’origine de ces meurtres ? Pour quel enjeu ? Sur fond de rivalité entre l’Italie et l’Espagne et de rébellion savonaroliste, Pasquale, jeune peintre apprenti, mène l’enquête en compagnie de Machiavel, journaliste à la Gazette de Florence, qui joue les Sherlock Holmes avant la lettre.

Note 3.5

La magie n’est que de la science qui cherche à se faire passer pour autre chose.

Avec « Les conjurés de Florence » Paul McAuley nous entraîne dans une Florence de la Renaissance bien différente de celle que l’on connaît afin d’éclaircir le mystère de plusieurs meurtres ayant frappé le cercle des intimes de Raphaël. On suit ainsi l’enquête menée par le jeune apprenti Pasquale qui, aidé du célèbre Machiavel reconvertit en journaliste, se retrouve bien malgré lui embourbé dans des complots et des intrigues de cour à n’en plus finir. Si l’histoire est un peu longue à se mettre en place elle se fait toutefois captivante une fois le cap des cent premières pages franchi. Le rythme se fait alors de plus en plus effréné et ne décélère pas avant la fin : les rebondissements et les scènes d’action s’enchaînent et il devient alors difficile de ne pas se laisser embarquer par l’auteur qui nous propose là une histoire bien ficelée.

P. McAuley nous dépeint également une ville de Florence du XVIe siècle plus que surprenante, où l’on peut d’ors et déjà trouver, grâce aux titanesques et précoces progrès de la science, des machines volantes ou à propulsion, l’ancêtre de la photographie ou encore de l’ascenseur… C’est donc avec plaisir que l’on se plonge dans cette cité en pleine modernisation où la concurrence entre les peintres et les artificiers fait rage et où les inventions plus innovantes les unes que les autres se multiplient. On croise également au détour des pages certains personnages historiques bien connus comme évidemment le retors Machiavel mais aussi Léonard de Vinci, non plus peintre de génie mais « Grand ingénieur », Raphaël, Michel-Ange, Copernic… Un roman original et divertissant qui se révèle donc être une très bonne surprise.

A noter que l’édition Folio SF offre également aux lecteurs de découvrir la nouvelle « La tentation du Dr Stein » se déroulant dans le même univers que « Les conjurés de Florence » et reprenant pour protagoniste le docteur Pretorious, personnage fascinant que l’on aperçoit brièvement dans le roman.