Conquistador 1

Titre : Conquistador, tome 1
Série : Conquistador, tome 1
Scénariste : Jean Dufaux
Dessinateur : Philippe Xavier
Éditeur : Glénat
Date de publication : 25 avril 2012

Synopsis : Depuis leur débarquement en Amérique, Hernan Cortes et son armée sont considérés comme des divinités par l’empereur aztèque Moctezuma. Cela fait bien longtemps que Cortes œuvre davantage pour son compte que pour la lointaine couronne d’Espagne… Tandis qu’il part à la rencontre d’une expédition punitive montée pour lui rappeler son allégeance, Cortes missionne un groupe hétéroclite, mêlant soldats et mercenaires, afin de voler l’inestimable trésor de Moctezuma.Parmi eux, le loyal soldat Hernando Royo… Le groupe d’aventuriers sera bientôt décimé par une mystérieuse entité qui les poursuit dans la jungle. Créature mythique ou tueurs tout ce qu’il y a de plus humain ? On ne s’attaque pas impunément aux ancestrales et puissantes légendes aztèques… Une saga d’aventure, oppressante et mystique, teintée de fantastique, par les auteurs de Croisades.

Note 3.0

Il n’y a qu’un monstre qui puisse en vaincre un autre.

Diptyque de toute beauté, Conquistador débute, dans ce premier tome, par un exposé rapide du contexte historique. Cortès, Tenochtitlan, 1520. La guerre, l’appât du gain et les rites ancestraux sont les trois principaux thèmes développés ici.


Jean Dufaux, adepte des sagas historiques, notamment avec Murena, développe ici un scénario qui peut sembler convenu, mais comme il mêle son talent prononcé pour raconter de belles histoires, cela se lit très facilement. Trop facilement peut-être d’ailleurs : quelques temps après cette lecture, aucun personnage ne s’impose à mon esprit ; c’est davantage l’ambiance qui nous est proposée qui envoûte plus qu’autre chose. Quant au dessinateur Philippe Xavier, il se trouve qu’il est encore peu connu, mais il apparaît de plus en souvent en tant que collaborateur de Jean Dufaux, et ici il nous livre, je pense, une composition quasi parfaite pour transcrire au mieux l’ambiance presque mystique qui lie la jungle ténébreuse aux majestueuses cités aztèques. D’un certain côté, la nature et l’architecture prennent peut-être, de temps en temps, le pas sur les personnages et les détails de leur carrure et de leur visage. Cet aspect-là ne se voit d’ailleurs pas du tout sur la couverture. Celle-ci est tout bonnement magnifique en tout point de vue et donne franchement envie de se lancer dans la lecture de ce premier tome de Conquistador, dont la suite promet déjà beaucoup. La couverture du diptyque a l’énorme avantage d’être construite selon un effet miroir entre un conquistador et un Aztèque.

Couverture miroir Conquistador

Astucieux et franchement vendeur, ce premier tome vaut son pesant de cacahuètes et ne demande pas, par la suite, un investissement déraisonnable pour connaître la fin : rendez-vous au tome 2 le plus vite possible !

Voir aussi : Tome 2