Lavinia

Titre : Lavinia
Auteur : Ursula Le Guin
Éditeur : L’Atalante
Date de publication : 2011
Récompenses : Prix Locus Award 2009

Synopsis : « Comme Hélène de Sparte j’ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d’être donnée, d’être prise, en choisissant mon homme et mon destin. L’homme était illustre, le destin obscur : un bon équilibre. » Dans l’Énéide, Virgile ne la cite qu’une fois. Jamais il ne lui donne la parole. Prise dans les filets du poète qui n’écrira l’épopée des origines de Rome que des siècles plus tard et sans avoir le temps de l’achever avant sa mort, Lavinia transforme sa condition en destin.

Note 3.0

Les hommes prétendent les femmes instables, changeantes, et bien que cette accusation soit motivée par la crainte qu’on attente à leur précieux honneur sexuel, elle contient une vérité. Nous sommes capables de changer notre vie, notre être; quelle que soit notre volonté, nous sommes changées. Comme la lune change mais reste elle-même, nous sommes vierges, épouses, mères, grand-mères. Les hommes ne tiennent pas en place, certes, mais ils sont qui ils sont.

Né de la fascination d’Ursula Le Guin pour l’écrivain antique Virgile, le roman propose avec originalité d’exploiter un personnage mineur de l’Enéide mentionné uniquement à titre anecdotique par le poète. L’auteur donne ainsi la parole à Lavinia, fille du roi Latinus du Latium, dont le destin se trouve bouleversé par l’arrivée d’un prince étranger, condamné à errer de par le monde suite à la destruction de sa patrie : Énée. Si certains éléments de l’histoire du Troyen nous sont évidemment aujourd’hui familières (la fuite de Troie avec son père Anchise sur le dos, la rencontre avec la reine carthaginoise Didon et le tragique suicide de cette dernière, la descente aux Enfers…), ses aventures en Italie sont cependant bien moins connues et assez peu abordées.

Ursula Le Guin nous fait donc revivre l’arrivée d’Énée et des survivants de la guerre de Troie dans le Latium, les guerres incessantes entre les différents peuples de la région (Sabins, Volsques…), et surtout la genèse de la fondation de la cité de Lavinum, autrement dit l’ancêtre de Rome. Difficile de ne pas se laisser embarquer par le récit et de ne pas se prendre d’affection pour cette Lavinia dont on suit avec intérêt l’évolution et les épreuves : la folie de sa mère, le mariage comme moyen d’alliance, les ravages de la guerre, son amour naissant pour Énée… Seul petit bémol : la distance qui sépare parfois le lecteur de la narratrice, malheureusement trop souvent dans la retenue. Les confrontations entre la jeune femme et son « créateur », le poète Virgile, sont cela dit extrêmement intéressantes et rajoutent une touche d’originalité à l’ensemble.

Avec « Lavinia », Ursula Le Guin signe incontestablement un bon roman, certainement pas le meilleur de sa carrière mais néanmoins divertissant et qui parlera sans aucun doute aux amateurs d’histoire ancienne. L’ouvrage fut d’ailleurs récompensé en 2009 par le prestigieux prix Locus Award.

Autres critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Yossarian (Sous les galets, la plage)