Flashpoint n°2

Titre : Flashpoint n°2
Série : Flashpoint (voir n°1 et n°3)
Scénaristes : Brian Azzarello et Geoff Johns
Dessinateurs : Eduardo Risso et Andy Kubert
Éditeur : Urban Comics (DC Presse)
Date de publication : 23 mars 2012 (2011 en VO chez DC Comics)

Synopsis : Dans Flashpoint, Barry Allen, Flash, continue de tenter de convaincre Batman de l’aider à modifier le cours du temps et à restaurer l’ancienne continuité, alors que tout autour d’eux, le monde semble vaciller dans une guerre sans fin entre les Atlantes et les Amazones.

Note 3.5

Deathstroke : Qu’est-ce que voit le sonar, là-dessous ?
Gymnote : Ce débile voit que dalle, Deathstroke. Je lui électrocute les miches depuis qu’on l’a enlevé, mais soit il est déjà trop grillé, soit quelque chose interfère avec ses pouvoirs.

Arrive maintenant le cœur de l’univers parallèle Flashpoint et Urban Comics nous présente du même coup un des multiples tie-ins qui approfondissaient cet univers.

Geoff Johns et ses collaborateurs poursuivent leur impressionnant crossover et la grande « Renaissance » par la mini-série Flashpoint. Niveau récit, on est servi : Barry Allen tente de redevenir Flash, on découvre la destinée, dans cette réalité, de Batman, de Superman, de Wonder Woman et d’Aquaman, mais c’est véritablement dans les derniers épisodes qu’on saura à quoi s’en tenir sur le devenir de l’univers DC. Car peu importe comment on l’appelle, « Relaunch », « Reboot » ou « Renaissance », c’est bien avec la série Flashpoint que cela commence ! Au moins, la scène illustrée par la couverture principale donne des frissons.

Les épisodes de Flashpoint est ici précédée d’une autre mini-série, Batman – Knight of Vengeance, scénarisée par Brian Azzarello et Eduardo Risso (le duo créateur de 100 Bullets pour les connaisseurs). Cette histoire, annexe à Flashpoint, détaille un peu mieux les origines du Batman Vengeur de cette réalité. Par la même occasion, le trio revisite magnifiquement le mythe du Joker en une intrigue courte et heurtée certes, mais surtout passionnante et lourde de sens.

Encore une bonne pioche pour la nouvelle maison d’édition Urban Comics, dont le travail éditorial est une fois de plus à louer. Avec ses éditoriaux détaillés (surtout très utiles) et ses résumés intermédiaires, Urban Comics nous donne les clés avec l’arrière-pensée de nous insérer au mieux dans cet univers DC en plein changement. Les couvertures (ici merci à Andy Kubert) sont toujours flamboyantes et on sent le gros travail derrière.

En quelques mois donc, à l’image de ce magazine kiosque, Urban Comics m’a réconcilié avec les comics en kiosque ainsi qu’avec l’univers super-héroïque DC, et durablement je crois !

Voir aussi : Numéro 1 ; Numéro 3