Lasser[1]

Titre : Lasser, détective des dieux
Auteurs : Sylvie Miller et Philippe Ward
Héroïne : Fazimel

Après la dure à cuire Temple, héroïne de « Les faucheurs sont les anges », c’est au tour de Fazimel d’être à l’honneur cette semaine. Maligne, curieuse, n’ayant pas sa langue dans sa poche, pleine de ressource…, bien qu’elle occupe un rôle assez secondaire dans la série écrite par Sylvie Miller et Philippe Ward, voilà bien un personnage féminin qui méritait un article dans cette rubrique « Au bonheur des dames ». Un mot, d’abord, concernant l’univers dans lequel évolue notre héroïne : nous nous trouvons en Égypte, au tout début d’un XXe siècle parfaitement uchronique où les dieux antiques tels Zeus, Mars, Isis ou Anubis continuent d’être vénérés et surtout se mêlent tout naturellement des affaires des mortels qu’ils n’hésitent pas, pour certains, à côtoyer régulièrement. Ne vous étonnez donc pas que des divinités viennent solliciter l’aide d’un détective gaulois en exil en Égypte afin de résoudre pour eux diverses enquêtes, plus ou moins farfelues (avouez qu’être engagé par Isis pour retrouver le sexe d’Osiris, ce n’est pas commun…).

C’est dans ce décor qu’évolue notre fameuse Fazimel, réceptionniste de l’hôtel Sheramon et assistante de Lasser. Un rôle secondaire qui pourrait laisser croire que nous avons là à nouveau affaire au recyclage du célèbre cliché de la potiche aux maigres compétences et totalement éclipsée par son patron. Et pourtant Sylvie Miller et Philippe Ward ont parfaitement réussi à éviter de tomber dans le piège en jouant la carte de l’humour et de la dérision, donnant ainsi naissance à un personnage convaincant qui se démarque nettement de son compère masculin auprès duquel elle en vient même davantage à occuper la position de coéquipière plutôt que d’assistante. Il faut dire que la belle ne manque pas d’atouts : courageuse, loyale, gaie, efficace, elle possède également des contacts dans la plupart des hôtels du pays et accorde une attention particulière à tous les ragots qui circulent au sujet des dieux (et oui, quand on travaille pour un détective, c’est important !).

Il devient rapidement évident pour Lasser comme pour le lecteur que Fazimel sera amenée à assumer un rôle beaucoup plus important au fil des enquêtes. Car si sa présence se fait plus discrète dans les deux premiers tomes de la série (« Un privé sur le Nil » et « Mariage à l’égyptienne »), elle se voit confier un rôle beaucoup plus conséquent dans « Voir Pompéi et mourir », nouvelle parue dans « Fragments d’une fantasy antique » et qui se déroule dans le même univers que les autres romans mais quelques années plus tard. Notre assistante semble alors avoir pris du galon puisque elle mène elle-même l’enquête aux côtés de Lasser (se montrant d’ailleurs souvent plus maligne et débrouillarde que lui à ce petit jeu). S’il n’y a qu’un reproche à faire à la jeune femme, ce serait sa conduite très sportive au volant de sa petite Coccinelle, manie qui ne manquera pas d’amuser le lecteur mais qui, pour Lasser, se révèle souvent loin d’être une partie de plaisir.

Vous cherchez une héroïne drôle, attachante, têtue, toujours au courant des derniers potins et qui ne se laisse pas facilement impressionner : lisez « Lasser, détective des dieux » et découvrez Fazimel !