Sin City 1

Titre : The Hard Goodbye / Sin City
Série : Sin City, tome 1
Scénariste et Dessinateur : Frank Miller
Éditeur : Rackham
Date de publication : 23 septembre 2013
(2e édition VF, et 1991-1994 en VO chez Dark Horse Comics)

Synopsis : Basin City est une grande ville crade et perdue dans la campagne américaine. Elle est surnommé « Sin City », la ville du péché. Les hommes politiques y sont des truands, les flics sont corrompus, et les pires crapules déambulent dans les rues. Dans les bas-fonds de Sin City, Marv, un colosse alcoolique sur les bords. Trop brutal, trop timide, trop laid de par son visage ravagé, il n’a jamais eu de femme dans sa vie. Il ne peut même pas se payer les services d’une prostituée. Cependant, un soir, la sublime Goldie l’aborde et lui propose d’aller chez lui… Trop saoul et trop excité, Marv ne se demande même ce qui peut bien pousser cette beauté fatale à désirer une brute comme lui. Marv fait l’amour avec Goldie sans se poser de questions.
Le lendemain matin, Marv se réveille à côté du cadavre de Goldie. Il n’a pas le temps de réfléchir que les flics sont déjà en route pour venir le coffrer. Totalement perdu, Marv n’a cependant plus qu’un seul objectif : retrouver le meurtrier de Goldie et la venger, coûte que coûte…

Note 4.0

L’enfer, ma beauté, c’est de se lever tous les matins et de pas savoir pourquoi t’es là.

J’ai jamais été très à l’aise avec les gens alors imaginez, rassurer une jeune fille de 19 ans en état de choc. Je suis comme un paralytique qui opère une tumeur au cerveau avec une clé de 12.

Nouvelle édition, nouvelle acquisition pour ce premier tome de Sin City, la série de comics culte signée Frank Miller !

À l’occasion de la rentrée de septembre 2013, les éditions Rackham relance leur série-phare, Sin City, avec une nouvelle édition accompagnée surtout de couvertures inédites en noir-blanc-rouge de l’auteur lui-même. Frank Miller avait élaboré sa « ville du péché » dès le début des années 1990, avant de construire sept romans graphiques et quelques adaptations diverses et variées.

Ce premier volume nous lance à la poursuite de Marv, l’antihéros par excellence, bouc-émissaire tout trouvé de meurtres en série à l’égard de prostituées. Entre les détectives corrompus et les femmes fatales aux abois, ce colosse au physique ingrat a fort à faire pour retrouver l’assassin de sa Goldie, prostituée tuée alors qu’il dormait à côté. Descente aux enfers dans la ville du diable, l’auteur nous raconte surtout une chevauchée mortelle à souhait. Le plus important à retenir, finalement, c’est sûrement qu’il est dur de dire au revoir (The Hard Goodbye), alors autant essayer de partir dignement.

Frank Miller n’est pas le plus grand dessinateur du monde, loin de là, mais il réussit à transcrire un univers torturé et pollué de tous côtés. Des bastons peu techniques et franchement bourrines aux monologues sous la pluie alors que la ville grouille de criminels, l’ambiance est le point fort de ce comics à nul autre pareil. Polar noir par excellence, l’aspect nihiliste pourra gêner dans son discours comme dans son graphisme mais, incontestablement, ce premier tome est à lire car l’histoire est vraiment très bien menée.

Une référence dans le monde des comics, qui peut rebuter par son aspect « brute de décoffrage » et son absence totale de nuance dans l’obscurité du décor et de l’âme de ses personnages. Ça se dévore d’une traite, mais ça ne se digère pas de même.

Voir aussi : Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Tome 6 ; Tome 7