Wolf-Man 2

Titre : Wolf-Man, tome 2
Série : Wolf-Man, tome 2 (The Astounding Wolf-Man)
Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateur : Jason Howard
Éditeur : Glénat Comics
Date de publication : 18 avril 2012 (2009 en VO chez Image Comics)

Synopsis : Gary Hampton est un riche homme d’affaires pressé, dont la vie va être bouleversée le jour où il se fait agresser par un loup-garou dans les bois. Petit à petit, il va devenir une créature de la nuit et devra apprendre à maîtriser ses pouvoirs et ses pulsions. Il va aussi découvrir progressivement un monde occulte où les lycanthropes vivent en clans rivaux, et prendre conscience de l’existence d’autres monstres tels que les vampires…

big_3

Gary Hampton, loup-garou, super-héros, meurtrier… et multimillionnaire. C’est ce dernier point qui m’intéresse le plus.

Après le premier tome, je poursuis mon petit bonhomme de chemin aux côtés de Gary Hampton, alias Wolf-Man, le super-héros loup-garou !

Robert Kirkman fouille ici dans les méandres psychologiques du héros principal au risque de laisser de côté les intrigues fatidiques laissées en suspens par le cliffhanger du premier tome. En effet, Gary se trouve un mentor supplémentaire et voit désormais son action super-héroïque d’une toute autre façon. Nous rencontrons des acteurs différents dont l’ampleur dépasse le simple cadre urbain que nous avions visité jusque là. Pour autant, alors que nous devrions nous passionner davantage pour le personnage principal, voire pour le violon d’Ingres de Robert Kirkman, c’est-à-dire les relations psychologiques entre ses personnages soumis à des situations exceptionnelles, eh bien je dois avouer que le rythme du récit m’a un peu plus ennuyé que précédemment.

Du point de vue graphique, toujours important dans ce genre de comics d’action, Jason Howard tente de combler ses défauts et d’accentuer ses qualités et cela marche plutôt bien. Ses représentations du monde animal sont vraiment réussies, s’améliorent encore, d’autant plus qu’avec certains passages forestiers il y a de quoi dans ce tome-ci. de plus, ses représentations humaines me choquent moins, même si cela peut être dû évidemment à mon accoutumance puisque j’enchaîne les tomes de la série Wolf-Man comme des petits pains.

Pour finir, nous avons le plaisir de découvrir en fin de volume de nombreuses constructions de planches et de couvertures. Glénat fait bien les choses avec ces bonus, car l’ensemble est commenté par Robert Kirkman et Jason Howard themselves !

Une suite honnête qui, si elle dépasse le cadre du premier tome, ne dépasse l’entrain qu’il avait suscité chez moi, pour autant nous pouvons ici déceler tous les ingrédients que Robert Kirkman tend à donner à certains passages de ses séries et qui se révèlent être la composition d’un tome de transition : les intrigues laissées en suspens peuvent donc laisser présager une belle reprise en action dès le tome suivant.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 3 ; Tome 4