1324076413ignorants

Titre : Les ignorants
Auteur : Étienne Davodeau
Éditeur : Futuropolis
Date de publication : 6 octobre 2011

Synopsis : Étienne Davodeau est un dessinateur et scénariste de bande dessinée. Richard Leroy est un vigneron voisin et ami d’Étienne Davodeau.
Richard Leroy ne connaît rien à la bande dessinée tout comme Étienne Davodeau est étranger au monde viticole. Ensemble, ils vont apprendre à mieux connaître leurs métiers réciproques durant plus d’une année.

big_4

Quelques jours plus tard, nous passons à proximité d’un gars qui désherbe ses vignes chimiquement. Je ne peux pas m’empêcher de constater que…
– C’est quand même vachement moins fatigant que votre technique, hein ?
– Tu as remarqué ? Dans sa cabine, avec sa combinaison et son masque, aujourd’hui, ce mec-là ne va sans doute toucher ni sa terre ni sa vigne. La proximité physique et donc mentale, du vigneron avec son travail… Pense à ça quand tu bois ton vin.

Ce roman graphique « Vis ma vie » entre vin et bande dessinée se veut le « récit d’une initiation croisée » entre un auteur de bande dessinée loin d’être œnologue et un viticulteur peu féru des romans graphiques.

Et très vite, Étienne Davodeau cherche surtout à nous narrer la rencontre entre deux passionnés accrochés à leur joie (et façon) de vivre respective. On distingue ainsi, à travers ces presque trois cents pages (quand même ! mais tout cela se lit très vite une fois lancé), plusieurs thèmes forts comme l’importance fondamentale de la terre, ainsi qu’une certaine déclaration d’amour pour les plaisirs simples, l’honnêteté et la créativité ; nous avons même un très bon aperçu, chez Futuropolis, de ce qui compose le monde de l’édition : même si cet aspect est plus survolé que le côté viticole, nous pouvons voir la métaréflexion autour de la bande dessinée, et même sur le propre dessin quelque peu simpliste de l’auteur, comme une façon supplémentaire de prendre du recul sur les choses.

Étienne Davodeau nous dévoile un monde où la modestie prime (ou bien devrait primer, vu le comportement abusif de certains), et où la détermination s’apprend tous les jours. Le cru sincère et authentique de cet opus est vraiment touchant sous bien des aspects et l’humour bienvenu est distillé comme un bon vin recèle de quelques notes fruitées.