CVT_Lasser-Detective-des-Dieux-un-Mariage-a-lEgypti_3617[1]

Titre : Mariage à l’égyptienne
Cycle : Lasser, détective des dieux, tome 2
Auteurs : Sylvie Miller et Philippe Ward
Éditeur : Critic
Date de publication : 2013
Récompenses : Prix Actu SF de l’uchronie 2013 (pour les deux premiers tomes)

Synopsis : 1935, Le Caire. Enfin ! Jean-Philippe Lasser vient de décrocher le jackpot, l’affaire qui lui vaudra la Une des journaux… ou la rubrique nécrologique. Le mariage inédit qui doit rapprocher dieux grecs et égyptiens risque de prendre une fâcheuse tournure : la future mariée a disparu ! Fugue ? Enlèvement ? Complot ? Si la promise ne réapparaît pas très vite, le vin de noces pourrait bien tourner au vinaigre. Armé de son intuition et de son pur malt, Lasser plonge au cœur des intrigues divines, où mensonge et trahison sont la règle. Le compte à rebours est lancé : le détective des dieux n’a pas le droit à l’erreur, et encore moins de tomber amoureux…

big_4

Parce qu’il en avait assez de forger les traits de foudre de son père Jupiter, Vulcain avait quitté les fonderies de l’Etna pour s’installer à Memphis et ouvrir un garage, ainsi qu’une casse. Les doigts de Vulcain n’avaient pas leur pareil pour réparer les véhicules que les dieux se faisaient un malin plaisir d’emboutir lors de courses folles sur les longues lignes droites entre Le Caire et Louxor.

A peine deux mois après la sortie du premier opus, voilà qu’il est déjà possible de découvrir la suite des aventures du détective privé Jean-Philippe Lasser, toujours aux prises avec les divinités égyptiennes qui n’ont apparemment pas fini de lui en faire voir de toutes les couleurs. Et encore une fois, quel régal ! Sylvie Miller et Philippe Ward forment décidément une équipe du tonnerre et nous offrent avec « Mariage à l’égyptienne » un second tome peut-être même plus réussi que le précédent. Finis les petites enquêtes successives rondement menées par notre héros, de même que le format nouvelle privilégié dans le premier volume. Cette fois, nous avons affaire à un véritable roman se concentrant sur une seule et même affaire qui va donner bien du fil à retordre à ce cher Lasser. Après avoir éclairci le mystère de la disparition du manuscrit de Thot ou encore du phallus d’Osiris, le voilà en effet sollicité par la déesse Isis afin de retrouver Aglae, la fiancée grecque du dieu Horus, enlevée quelques jours seulement avant le déroulement de la cérémonie. Le problème est évidement de taille, d’autant plus que dès qu’il s’agit des dieux et de leurs histoires, on a vite fait de plonger dans un véritable panier de crabes.

Les ingrédients qui avaient rendu le premier tome si savoureux font à nouveau merveille. Difficile de ne pas se laisser charmer par l’univers créé par les deux auteurs : un XXe siècle similaire au notre à l’exception près que les dieux antiques y sont toujours vénérés et interviennent même très concrètement dans la vie des mortels. Après avoir bien exploré le panthéon égyptien, ce sont les dieux grecs que Miller et Ward ont décidé de mettre ici à l’honneur avec l’humour et l’irrévérence dont ils sont coutumiers. Ne vous étonnez donc pas de croiser au cours de votre lecture le dieu forgeron Vulcain reconverti en mécanicien de luxe, le dieu des Enfers Hadès présidant l’association de l’ODSS (l’Ordre des Dieux du Sous-Sol)… Lasser quant à lui est un protagoniste toujours aussi attachant malgré tous ses défauts, et il en va de même pour les personnages secondaires gravitant autour du détective, à commencer par ceux déjà présents dans le premier tome : Fazimel, toujours aussi pleine de ressource bien qu’un peu plus effacée ici, et bien sûr Ouabou, félidé parlant hilarant. Les nouveaux arrivants ne manquent également pas de piquant, qu’il s’agisse de la séduisante et dangereuse Médée, du djinn Amr…

Avec « Mariage à l’égyptienne » Sylvie Miller et Philippe Ward nous offrent une suite largement à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre et qui se dévore avec grand plaisir. J’attends avec beaucoup d’impatience les volumes trois et quatre des aventures de notre détective préféré qui devraient, si tout va bien, voir le jour début 2014. Un vrai régal !

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 3 ; Tome 4 ; La nouvelle « Voir Pompéi et mourir »

Autres critiques : Lullaby (Les histoires de Lullaby)