Couverture

Titre : War Machine – Coeur de Fer
Série : Iron Man (100% Marvel)
Scénariste : Greg Pak
Dessinateur : Leonardo Manco
Éditeur : Panini Comics
Date de publication : mars 2010

Synopsis : Aux quatre coins de la Terre, des charniers de Santo Marco aux déserts de l’Aqiria occupée, des bouchers et des tyrans commettent les pires atrocités. Le reste du monde ne lève même pas le petit doigt pour les arrêter. Mais James Rhodes a revêtu l’armure de War Machine et, équipé de deux énormes canons, il compte bien ramener l’ordre.

big_3.5

Je les hais. Mon dieu, je les hais. Peut-être qu’un jour on me haïra autant. Je m’en fiche. Le monde… a besoin… d’une machine de guerre !

Efficacité, tel est le terme qui correspond sans nul doute le mieux à ce comic, une efficacité qui se traduit dans tous les aspects possibles de l’ouvrage ! Un dessin fin mais choc, des phrases crus, un scénario tranchant, le tout entrecoupé (ma foi plus ou moins finement) de quelques gouttes d’ « humour militaire à l’américaine » bienvenues. On assiste ainsi à une aventure rondement menée, qui possède le grand intérêt de poser, à sa manière, de bons questionnements sur le contexte mondial actuel, et ce dans la droite ligne des aventures d’Iron Man/Tony Stark qui, depuis ses débuts, s’est toujours posé en redresseur de torts et en ennemi des oppresseurs.

On peut toujours regretter la faiblesse des références apportées au reste de l’univers Marvel, tout comme le fort côté action de ce comics, mais de deux choses l’une : non seulement, cela permet, pour une fois, de lire une aventure sans devoir tout connaître de la continuité, mais en plus c’est une bonne remise en contexte des super-héros dans l’époque guerrière des États-Unis du début des années 2000. Greg Pak mise ainsi à nouveau sur des affrontements rapides mais conséquents, un peu comme dans World War Hulk, et laisse Leonardo Manco tenter, au mieux, de faire ressurgir l’aspect Terminator de War Machine.

Du point de vue éditorial, Panini Comics fait le strict minimum avec, à peine, quelques bonus finaux, et cherche avant tout à surfer sur la première vague des films de chez Marvel Studios, la fameuse Phase 1 « Avengers Assembled » où Iron Man a toute son importance.

Bref, du très très lourd dans ce récit (et dans le meilleur sens qui soit !) : une aventure typique de ce genre de comics et parfaite pour être adaptée prochainement sur grand écran. Qui sait ?…